Préface...

… Des images . Et chacune ne semble se tenir qu’à la condition d’un double et étrange mouvement intenté au cadre : sa perforation par la saisie d’une mise en abîme et son effraction par l’appel d’un hors champ. Oui, instantanément s’impose l’inanité du fameux cela a été de toute photographie, comme s’il s’agissait de conjuguer ailleurs, autrement, au bord comme au centre – il y aurait comme les fragiles et vivants possibles de tout conditionnel en chacune d’elles. L’effraction des bords latéraux pour une perspective diégètique, et l’infraction en son centre pour le questionnement même de l’image. Imaginaire-sémiotique alors. Le cadre est là comme repère, comme vertige aussi. Et dans ce bougé se tient l’image prise, une image de l’en même temps – point extime s’il en est – un point qui par une extraordinaire relation se trouve être au centre et hors de. Un point au bord, qui garantit ces séjours d’images, ses bonheurs…

Emma Guizerix